d-france.gif (1054 octets)

France

Dernière modification : 18-02-04A

Situation politique et économique
Situation énergétique
Électricité
Production
Transport
Distribution
Entreprises étrangères

 

Situation politique et économique

Sources : USA.CIA. World Factbook 2001 / Chiefs of State and Cabinet Members of Foreign Governments, 2002 ; Quid, 2002 ; Portail du Gouvernement français. Site, 2002 ; 
Capitale Paris
Carte France
Population 59,6 M (2001 ; 01E)
Langues Français
Alphabétisation 99 % (2001 ; 80E)
Religions Catholiques romains (90 %), Protestants (2 %), Juifs (1 %), Musulmans (3 %), autres (4 %)
Espérance de vie 78,9 ans (2001 ; 01E)
Fête nationale 14 juillet
Superficie 547 030 Km2
Ressources naturelles Charbon, fer, bauxite, poisson, bois, zinc, potasse
PIB 1 448 G$US (2001 ; 00E)
Croissance 3,1 % (2001 ; 00E)
Inflation 1,7 % (2001 ; 00E)
Dette extérieure 106 G$US (2001 ; 98)
Monnaie Euro
Chômage 9,7 % (2001 ; 00E)
Associations  ACCT ; AEN ; AIEA ; BAD ; BASD ; BDC ; BDEAC ; BEI ; BERD ; BIAD ; BIRD ; BOAD ; COI ; FMI ; G-7 ; G-8 ; OCDE ; OEA ; OHI ; OMC ; ONU ; UE ; ZF (Légende)
  
Gouvernement

Président de la République : Jacques Chirac

Premier ministre : Jean-Pierre Raffarin
Ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et de la Francophonie : Dominique Galouzeau de Villepin
Ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie : Francis Mer
Ministre de l'Écologie et du Développement durable : Roselyne Bachelot-Narquin  (2002 ; 13-06-02)

Situation politique On attribue la création de l'État français par le roi franc Clovis en 486. La République française elle date de la Révolution de 1789. C'est une démocratie parlementaire sous un régime présidentiel. Les dernières élections législatives ont eu lieu en 2002. Le Parlement français est bicaméral. Il comprend un Sénat (321 membres) et une Assemblée Nationale (577 membres). Les Sénateurs sont élus par un collège électoral alors que les membres de l'Assemblée Nationale sont élus au suffrage universel. Le Président de la République est également élu par vote populaire. Le Premier Ministre est élu par l'Assemblée Nationale alors que le Conseil des ministres est nommé par le Président de la République sur recommandation du Premier Ministre. Les principaux partis politiques français sont l'Union pour la Majorité présidentielle (354 sièges à l'Assemblée Nationale), le Parti socialiste (140) et l'Union pour la Démocratie française (27). Les prochaines élections législatives auront lieu en 2007, les présidentielles en mai 2009. (2002 ; 26-06-02)

 
Situation énergétique

Sources : USA. Department of Energy. Energy Information Administration / Office of Fossil Energy,  2002 ; UNDP. Human Development Report 2001 ; Hydro-Québec. Revue de presse internationale ; Utility Data Institute, 2002 ; Protocole de Kyoto, 2002 ; Energie du Rhône. Site, 2003 ;

Électricité

 

Accès à l'électricité Couverture quasi complète. (2002 ; 02)
  Augmentation de la demande nd
  Consommation 421,5 TWh (2002 ; 01)
  Consommation par habitant 6 287 KWh/an (2001 ; 98)
  Production
Annuelle (2002 ; 00)

Puissance installée (2002 ; 01)

Totale 526,7 TWh 100 % 116 000 MW
Combustibles fossiles (total)   46,1 TWh     8,7 % 27 400 MW
Charbon nd nd 9 500 MW
Pétrole nd nd 7 200 MW
Autres nd nd 10 700 MW
Hydroélectricité   79,3 TWh   15,1 % 25 400 MW
Nucléaire 401,3 TWh   76,2 % 63 200 MW
Autres nd nd nd
  Exportations

72,6 TWh/an (2002 ; 01)

Allemagne 14,7 TWh (2002 ; 01)
 
Belgique 11,7 TWh (2002 ; 01)
 
Espagne 6,7 TWh (2002 ; 01)
 
Royaume-Uni

11,6 TWh (2002 ; 01)

 
Italie 18,1 TWh (2002 ; 01)
 
Suisse 9,8 TWh (2002 ; 01)
  Importations

4,2 TWh/an (2002 ; 01)

Allemagne 

0,5 TWh (2002 ; 01)

La France importe pour 2 500 MW d'électricité de l'Allemagne. (22-07-03)*

 
Belgique 0,2 TWh (2002 ; 01)
 
Espagne 1,2 TWh (2002 ; 01)
 
Royaume-Uni 0,2 TWh (2002 ; 01)
 
Italie 0,4 TWh (2002 ; 01)
 
Suisse 1,7 TWh (2002 ; 01)
  Historique Consommation, production, puissance installée, exportations et importations de 1991 à 2000, voir tableau
Charbon (2002 ; 99E)
  Consommation 23,6 Mt (millions de tonnes)
  Production 5,4 Mt
  Exportation 0 Mt
  Importation 18,1 Mt
  Réserve 116,1 Mt (12-31-96E)
Gaz naturel (2002 ; 99E)
  Consommation 38,23 Gm3 (milliards de m3)
  Production 1,98 Gm3
  Exportation 0 Gm3
  Importation 36,25 Gm3
  Réserve 11,41 Gm3
Pétrole (2002 ; 01E)
  Consommation 2 M barils/jour
  Production 78 000 barils/jour
  Exportation 0 barils/jour
  Importation 1,9 M barils/jour
  Réserve 140 M barils (01-01-02E)
Carte Réseau de transport 400 kV et 225 kV ; aménagements du Rhône
Déficit énergétique La France est un exportateur net d'électricité, le plus important sur le marché européen : le pays n'est pas en situation de déficit énergétique dans le secteur électrique. (2002 ; 11-01-02)
Environnement

L'État français considère que l'utilisation massive de la filière nucléaire (environ 75 %) dans la production d'électricité, combinée à celle de l'hydroélectricité (environ 15 %), contribue à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et à celle des pluies acides, et que par conséquent ce type de production respecte l'environnement. (2002 ; 27-12-00)

La part actuelle des énergies renouvelables dans la production d'électricité française est de 15 %. L'État planifie de porter cette part à 21 % en 2010, surtout grâce à l'expansion de la filière éolienne. (2002 ; 29-01-02)

EDF a mis sur pied un plan d'amélioration de la performance environnementale de ses centrales thermiques classiques, visant principalement à diminuer techniquement ses émissions de dioxyde de soufre (SO2) et d'oxyde d'azote (NO). (2002 ; 13-06-02)

La France n'a installé que 220 MW d'éoliennes depuis 1997 contre 13 000 MW pour l'Allemagne. Même fossé entre les deux pays pour le solaire avec 11 MW de photovoltaïque contre 280 MW et 670 000 m2 de panneaux solaires thermiques installés contre 4,7 M de m2 pour l'Allemagne.
Pour satisfaire ses obligations européennes et lutter contre le changement climatique, la France doit disposer de 14 000 à 15 000 MW d'éolien en 2010, 300 MW de photovoltaïque et un rythme d'installation annuel d'un M de m2 de panneaux solaires thermiques. (23-09-03)*

Efficacité énergétique

nd

Émissions de dioxyde de carbone
 (CO2 issu de combustibles fossiles)
109,44 M de tonnes/an (2002 ; 00)
Ratification du protocole de Kyoto Oui (31-05-02)*
Politique énergétique et situation de l'industrie
Structure de l'industrie Électricité de France (EDF) est une société d'État qui produit plus de 90 % de l'électricité en France et la distribue à l'immense majorité des clients du pays. Par ailleurs, tous les réacteurs nucléaires en service sont exploités par EDF. (2002 ; 11-01-02)

En 2001, le Gestionnaire du Réseau de Transport d'Électricité (RTE), la société publique qui exploite le réseau de transport français, a transporté 95,4 % de l'électricité totale qui a transité sur le territoire national (sans compter les DOM). (2002 ; 01) 

En 2001, la Compagnie Nationale du Rhône (CNR) a produit 16,872 TWh - environ 3 % de la production d'électricité nationale - avec ses 19 centrales hydroélectriques. (2002 ; 11-01-02)

La Société Nationale d'Électricité et de Thermique (SNET) a produit 6,993 TWh en 2001 (13 % de la production thermique classique du pays) avec ses 2 600 MW de puissance installée, répartis en 9 groupes de production sur 5 sites. Il s'agit du plus important producteur privé de France. (2002 ; 04-03-02)

Les auto producteurs ont produit en 2001 10,6 TWh d'électricité, soit 2,4 % de la consommation totale nationale (les DOM ne sont pas comptés). (2002 ; 01)

La Société hydroélectrique du Midi (SHEM), qui appartient à 99,6 % à la SNCF, est concessionnaire 49 centrales hydroélectriques qui cumulent une puissance installée de 773 MW et produisent en moyenne 2 TWh par année. (07-11-02)*

Contexte réglementaire

La Commission européenne impose une amende dont le montant reste inconnu à la France pour les retards de sa déréglementation dans le secteur électrique. (22-06-01)*

Le Gestionnaire du Réseau de Transport d'Électricité (RTE) est le gestionnaire unique du réseau français de transport à haute tension (400 kV, 225 kV, 90 kV et 63 kV), des postes de transformation, de la distribution sur les sites de clients industriels et des interconnexions avec les réseaux des pays limitrophes. RTE - 4 divisions, 8 000 employés - a été créé en juillet 2000 suite à la loi du 10 février 2000 obligeant EDF à quitter le secteur du transport dans la foulée des directives de 1996 de la Commission Européenne portant sur l'ouverture des marchés à la concurrence. RTE peut ainsi acheter de l'électricité partout en Europe. (2002 ; 12-10-01) 

Environ 15 % des 1 800 clients industriels et commerciaux - environ 30 % du marché - ayant le droit de choisir leur fournisseur (en vertu d'une consommation supérieure à 16 GWh/an) se sont prévalus de la nouvelle réglementation pour changer de fournisseur. 
RTE propose un tarif unique pour le transit international d'électricité sur son réseau.
L'État a créé la Commission de Régulation de l'Électricité afin de surveiller et baliser le marché français de l'électricité. Les responsabilités de la CRE sont appelées à grandir au rythme de la libéralisation du secteur. (2002 ; 11-01-02)

EDF
dévoile son plan de restructuration, effectif à compter du 1er février 2002. Sur le territoire français, la société d'État sera scindée en deux divisions, l'une consacrée à la production et l'autre aux services. Les activités d'
EDF à l'étranger seront regroupées par zones géographiques : Europe centrale (Allemagne, Autriche, Suisse et Europe de l'est) ; Europe du sud, de l'ouest et Afrique ; Amériques et enfin Asie-Pacifique. (18-01-02)*

EDF met en vente une troisième tranche de puissance installée, cette fois de 744 MW, afin de se conformer aux demandes de la Commission européenne visant à la libéralisation du marché de l'électricité. EDF a déjà vendu cette année 1 700 MW et doit se départir de 6 000 MW au total d'ici la fin de 2003. (05-03-02)*

Les nouvelles directives européennes prévoient la séparation des activités d'EDF. Aussi, toute acquisition européenne d'EDF devra impliquer une acquisition équivalente par une entreprise étrangère en territoire français. (14-03-02)*

Le marché de l'électricité en France est maintenant ouvert à la concurrence à hauteur de 30 %. Cette libéralisation fait suite au décret du 29 mai 2000 qui permet aux consommateurs de 16 GWh et plus de choisir leur fournisseur. 
(2002 ; 06-05-02)

Le nouveau gouvernement compte procéder à une privatisation partielle d'EDF. (30-06-02)*

La vente du capital d'EDF ne débutera qu'en 2004. La valeur globale de l'entreprise est estimée à 70 G€. (24-07-02)*

Le gouvernement gèle les tarifs de distribution aux consommateurs non éligibles au choix de leur fournisseur pour l'année 2003, alors qu'EDF réclamait une hausse de 4,9%. (25-07-02)*

La France a accepté la libéralisation totale du secteur de l'électricité pour 2007. À compter de juillet 2007, les Français ne seront plus obligés d'acheter leur électricité et leur gaz auprès d'EDF et de GDF. Les particuliers pourront alors acheter de l'électricité directement aux producteurs, qu'il s'agisse d'EDF, de la Compagnie Nationale du Rhône ou encore d'un producteur étranger. Les ministres de l'énergie des Quinze réunis à Bruxelles ont adopté à l'unanimité une directive qui prévoit l'ouverture totale à la concurrence des marchés de l'énergie à compter du 1er juillet 2004 pour les entreprises et trois ans plus tard pour les particuliers. Protégée sur son marché intérieur, EDF s'exerce depuis plusieurs années à la concurrence à l'étranger. (27-11-02)*

Selon la directive de UE, le premier janvier 2004 la France devra ouvrir son marché à 70 %, laissant ainsi à plus de 3 000 consommateurs la possibilité de choisir leur fournisseur. (15-01-03)*

La privatisation d'EDF a été retardée jusqu'en 2004. (17-01-03)*

Entreprises nationales

Électricité de France (EDF) ; Elyo ; Energie du Rhône ; TotalFinaElf ; Vivendi ; Suez-Lyonnaise des Eaux ; Générale des Eaux ; Alstom ; Compagnie Nationale du Rhône (CNR) ; Électricité de Strasbourg ; Technicatome ; Cegelec ; Clemessy ; Compagnie Thermique du Moule ; Rhodia ; STMI ; Société hydroélectrique du Midi (SHEM) ; Société Nationale des Chemins de fer Français (SNCF) ; Société Nationale de l'Électricité et de Thermique (SNET) ;

Energie du Rhône À la fin de novembre 2000, la Compagnie Nationale du Rhône et Electrabel ont signé un accord visant la constitution d'une filiale commune de commercialisation de l'électricité en France : Energie du Rhône.
Energie du Rhône a été créée sous forme de Société par Actions Simplifiées avec un capital de départ de 6 M€, réparti à 51% pour la CNR et 49% pour Electrabel.
Il y a quelques mois, Electrabel a vendu à La Caisse des Dépôts et Consignations 4 % de ses 49 % du capital d'Energie du Rhône. (2003 ; 03)
Ententes de coopération
États-Unis Les États-Unis et la France ont signé en juillet 2001 un accord de coopération portant sur la création d'un fond de recherche conjoint consacré à l'étude des réacteurs nucléaires et du cycle des combustibles. (2002 ; 11-01-02) 
 
Vietnam Le Vietnam et la France ont un programme de coopération portant sur le développement des énergies renouvelables. Ce programme, opéré par Solarlab, est financé par le gouvernement français, EDF et l'Union Européenne. (2002 ; 04-12-01)
Associations énergétiques nd

 

Production

Sources : USA. Department of Energy. Energy Information Administration / Office of Fossil Energy 2002 ; Hydro-Québec. Revue de presse internationale ; EDF. Site, 2002 ; Energie Plus. Site, 2002 ; Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie (ADEME). Site, 2002 ; Ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie (MINEFI). Site, 2002 ;

Investissements La France compte investir massivement dans le parc nucléaire français dans les 30 prochaines années. (20-03-03)*
Thermique EDF exploite une vingtaine de sites de production thermique (fioul, charbon, gaz) cumulant 17 200 MW, soit environ 60 % de la puissance installée thermique nationale. Ces installations ont un rôle d'appoint et d'ajustement en cas de pointe de la demande, de baisse de production de la filière nucléaire de base, de situations climatiques particulières, etc. (2002 ; 13-06-02)
  Dunkerque DK6 : Construction 

Gaz de France va entreprendre d'ici la fin de 2002 la construction d'une centrale à cycle combiné de 800 MW (2 X 400 MW) à Dunkerque, un projet de 400 M€. La nouvelle centrale remplacera en 2005 l'ancienne centrale EDF Dunkerque de 250 MW (2 X 125 MW) qui sera démantelée. Le gaz naturel qui servira de combustible principal proviendra de Norvège. Entre 30 % et 40 % de l'électricité produite ira à l'entreprise Sollac Dunkerque - qui alimentera partiellement DK6 avec des gaz générés par ses hauts fourneaux - alors que le reste sera mis sur le marché libre de l'électricité par GDF via le réseau de RTE. (2002 ; 09-04-02) 

  Piles à combustible En association avec un l'industriel étasunien HPower, GDF a adapté pour la France et l'Europe des piles à combustible de 3,5 à 4 kW fonctionnant au gaz naturel et destinées à des bâtiments publics. Les deux premières ont été installées à Dunkerque en novembre 2002 et à Nancy en février 2003. Trois autres vont être mises en service d'ici la fin mai à Dunkerque, Sophia-Antipolis et Limoges. L'entreprise teste aussi sur son site de Saint-Denis un autre type de pile de 1 kW développée par la société suisse Sulzer Hexis et fonctionnant aussi au gaz naturel, mais à une température nettement plus élevée (900 ° contre 60 à 80 °). GDF s'intéresse aussi à des systèmes plus puissants - entre 10 kW et 1 MW - que Rolls-Royce (Grande-Bretagne) développe actuellement pour les secteurs du gros tertiaire et l'industrie. (07-03-03)*
Éolienne L'Observatoire de l'énergie estime qu'en 2000 la production d'électricité éolienne nationale (sans les DOM) à 0,077 TWh, dont 0,076 TWh pour les aérogénérateurs raccordés au réseau et 0,001 TWh pour les infrastructures hors réseau. (2002 ; 28-05-01)

Lancé en 1996, le programme ÉOLE 2005 a pour objectif de porter d'ici 2005 le parc éolien français à un niveau variant entre 250 MW et 500 MW. En 2000, celui-ci s'élevait à environ 65 MW (DOM inclus). (2002 ; 24-09-01)

La France a installé pour 220 MW de turbines éoliennes depuis 1997.
Pour satisfaire ses obligations européennes, le pays doit pouvoir compter sur 14 000 à 15 000 MW de puissance installée éolienne en 2010. (23-09-03)*

  Bouin : Mise en service EDF a inauguré à Bouin en Vendée un parc éolien constitué des huit éoliennes les plus puissantes érigées en France à ce jour ; ensemble elles peuvent produirent 45 GWh par an. (01-07-03)*
  Fruges : Construction La compagnie Ostwind va construire à Fruges, dans le Pas-de-Calais, le plus important parc éolien en France, au coût de 150 M d'euros. Les 117 éoliennes totaliseront 150 MW de puissance et devraient être opérationnelles en 2004. (29-01-02)*
  Mardyck : Mise en service Total a inauguré la première centrale éolienne du groupe pétrolier français sur le site de la raffinerie des Flandres à Mardyck (Nord), un projet pilote qui permettra de comparer trois technologies différentes (General Electric, Nordex et Vestas).
Les 5 éoliennes représentant une puissance installée de 12 MW produiront chaque année l'équivalent de la consommation d'électricité de 15 000 personnes selon les dires de l'entreprise. La centrale éolienne de Mardyck, représente pour Total un investissement d'environ 15 M€. L'électricité produite est vendue à EDF qui la distribue sur le réseau public. (14-11-03)*
Géothermique En France, l'énergie géothermique est surtout utilisée dans des systèmes de chauffage, comme dans les communes de Chevilly-Larue (reliée à 80 % au système géothermique) et de L'Hay-les-Roses, où la compagnie Semhach a aussi installé une petite centrale électrique de cogénération qui comble ses propres besoins et permet de vendre des surplus à EDF. Environ 200 000 unités de logement sont raccordées à de tels systèmes dans tout le pays. (26-05-01)*
  Bouillante : Expansion La centrale géothermique de Bouillante, la seule à fonctionner en haute énergie en France et dans les Petites Antilles, a commencé ses opérations commerciales en 96 après quelques années d'essais. Elle est gérée par la Société Géothermie Bouillante, une filiale de la Compagnie Française de Géothermie et d'EDF. Un puit de 314 m creusé en 1970 permet de récupérer assez d'énergie pour développer 5,3 MW de puissance pour une production annuelle d'électricité variant entre 0,02 et 0,025 TWh. Un projet d'expansion prévoit l'installation d'une nouvelle centrale de 15 MW sur le même site, dont le potentiel est estimé à 40 MW. (2002 ; 05-07-02)
Hydroélectrique EDF est responsable de la gestion des 3/4 des eaux de surface sur le territoire français. (2002 ; 18-06-02)

La puissance installé hydroélectrique en France constitue plus de 20 % de celle du parc de production national et compte pour environ 15 % de l'électricité produite annuellement. Tous les sites susceptibles de supporter des infrastructures importantes ont déjà été aménagés : les ressources hydrauliques du pays sont saturées, sauf pour le développement de micro-centrales (moins de 8 MW), dont le nombre atteint à ce jour 1 700 sur le territoire. La réglementation (contrats modèles d'achat à long terme avec EDF, tarification) favorise la construction de ces petites centrales qui vont dans le sens d'une augmentation de la part des énergies renouvelables dans la production d'électricité. 
Voici les 10 ouvrages hydroélectriques les plus puissants en France (2002 ; 07-11-01)

Nom Département Type  Puissance
       
Grand'Maison Isère Lac 1224 MW
Montézic Aveyron Pompage  910 MW
Super-Bissorte Savoie Pompage  612 MW
La Bathie (Roselend) Savoie Lac  500 MW
Le Cheylas Isère Pompage  491,4 MW
Génissiat Ain Eclusée  417,4 MW
Serre-Ponçon Alpes de Haute Provence Lac  380 MW
Le Pouget Aveyron Lac  365 MW
Villarodin Savoie Lac  362 MW
Monteynard Isère Lac  360 MW
Nucléaire

Le parc nucléaire français compte 58 réacteurs (répartis sur 19 site), tous à eau pressurisée, dont 34 ont une puissance de 900 MW. Les puissance des 24 autres réacteurs est de 1 300 MW ou de 1 450 MW, dans le cas de la dernière génération mise en service. (2002 ; 14-01-02)

D'ici 2025, EDF planifie de désaffecter ses 8 centrales de première génération construites dans les années 50 et qui ont été mises hors service entre 1973 et 1994. Le groupe investira 3 G€ dans le programme qui inclut aussi la désaffectation de la centrale nucléaire de Creys-Malville à neutrons rapides qui a été arrêtée en 1997.
Les 58 autres réacteurs du pays seront désaffectés dans les 25 années qui suivent 2020. Ce programme devrait coûter 16 G€ et la facture devrait être refiler au clients à raison de 0,14 € par kWh. (21-03-03)*

  Chooz B1 et B2 : Mise en service Les réacteurs Chooz B1 et B2 (1 450 MW chacun) ont commencé à produire de l'électricité destinée au réseau le 15 mai 2000 et le 29 septembre 2000 respectivement. (2002 ; 13-11-01)
  Creys-Malville : Démantèlement La centrale nucléaire de Creys-Malville, dans l'Isère à 50 Km à l'est de Lyon, a définitivement cessé ses activités de production en 1998. Le réacteur de 1 200 MW appartenait à l'ancienne filière des réacteurs dits à neutrons rapides et sa dernière année de production régulière remonte à 1996. Le site et les infrastructures sont actuellement en voie de démantèlement.
(2002 ; 14-01-02)
Solaire

Selon l'Observatoire de l'énergie, la production électrique française totale d'origine photovoltaïque (incluant les DOM) a atteint 2,95 GWh en 2000, dont 2,69 GWh pour les installations non raccordées au réseau et 0,000 26 TWh pour celles qui sont branchées au réseau de transport. (2002 ; 28-05-01)

Depuis 1997, la France a aménagé 11 MW de cellules photovoltaïques.
Pour satisfaire à ses obligations européennes, la France doit pouvoir disposer d'un parc solaire de 300 MW d'ici 2010. (23-09-03)*

  Pays Basques : Électrification Iberinco, une filiale d'Iberdrola, construira 20 unités solaires de production d'électricité d'une puissance de 5 kW chacune dans les Pays Basques en France. Ces unités seront situées dans des établissements scolaires à Vizcaya et Guipuzcoa, et devraient être installées d'ici décembre 2003. (23-07-03)*
  Sites isolés : Électrification  EDF travaille en collaboration avec l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie (ADEME) pour électrifier certains lieux isolés à l'aide de l'énergie solaire qui nécessite des installations modestes et des équipements assez légers. (2002 ; 18-06-02)

 

Transport

Sources : USA. Department of Energy. Energy Information Administration / Office of Fossil Energy, 2002 ; Hydro-Québec. Revue de presse internationale ; Gestionnaire du Réseau de Transport d'Électricité (RTE). Site, 2002 ; Union for the Co-ordination of Transmission of Electricity (UCTE). Site, 2002 ; Le Moniteur-Expert. Site, 2002 ;

Réseau Le quart des nouvelles lignes construites en France durant les trois années à venir seront enfouies, soit 375 Km sur les 1 500 Km projetés. (18-02-02)*

Le réseau de transport français (hormis les DOM) compte 20 900 Km de lignes à 400 kV, 26 300 Km de lignes à 220 kV et 58 700 Km de lignes dont la tension est autre. (2002 ; 01)

Interconnexions
Allemagne

La France et l'Allemagne sont interconnectées par 5 lignes : 2 sur l'axe Vigy (F) - Uchtelfangen (D), St-Avold - Endsdorf, Vogelgrün - Eichstetten et Muhlbach - Eichstetten. (2002 ; 31-12-01)

La France et l'Allemagne ont inauguré une nouvelle interconnexion améliorant le débit d'électricité de 50 %. RWE net (Allemagne) et EDF ont pris moins d'un an pour compléter la ligne de 400 kV reliant Vigy en France et Uchtelfangen en Allemagne augmentant de 1000 MW le flux d'électricité entre la France et ses deux voisins : La Belgique et l'Allemagne.
La France est maintenant en mesure d'offrir une puissance de 5 500 MW à ses voisins du nord-est. (03-02-03)*

 
Belgique La Belgique et la France sont interconnectées par 4 lignes de transport : Jamiolle (B) - Chooz (F), Avelgem - Avelin, Achène - Lonny et Aubange - Moulaine. (2002 ; 31-12-01)

Les autorités françaises et belges en matière énergétique ont décidé de faire passer la capacité de transport d'électricité entre les deux pays des 3 000 MW actuels à 4 500 MW. (16-04-02)*

 
Espagne La France et l'Espagne sont reliées par deux interconnexions à 400 kV (de facture peu récente), celles de Cantegrit (F) - Hernani (E) dans l'ouest et de Baixas - Vic dans l'est. Deux autres interconnexions locales à 225 kV, Pragnères - Biescas et Mouguerre - Arkale, ne sont pas conçues pour les échanges internationaux actuels. Ces lignes cumulent une capacité d'échanges de 1 100 MW entre les deux pays. (2002 ; 01-08-01)

Les interconnexions Irún (E) - Errondenia (F) et Benós - Baixas, secondaires et locales, complètent le réseau transfrontalier de transport d'électricité entre les deux pays. 
(2002 ; 31-12-01)

Des travaux destinés à améliorer la performance technique des deux interconnexions à 400 kV feront passer d'ici la fin de 2002 la capacité d'échange entre la France et l'Espagne de 1 100 MW à 1 400 MW. (2002 ; 01-08-01)

L'Espagne a accepté l'acquisition par EDF d'une partie de Hidrocantabrico en échange d'une augmentation significative de ses capacités de transport avec la France, lesquelles devraient atteindre 4 000 MW en 2006. (2002 ; 11-01-02)

 
Italie La France et l'Italie sont interconnectées par 6 lignes de transport destinées aux échanges internationaux : 2 sur l'axe Albertville (F) - Rondissone (I), Le Broc Carros - Camporosso, Villarodin - Venaus et 2 sur l'axe Lucciana - Suvereto. (2002 ; 31-12-01)
 
Suisse La Suisse et la France partagent 11 interconnexions : Bassecourt (CH) - Sierentz (F), Laufenburg - Sierentz, Bassecourt - Mambelin, Verbois - Bois-Tollot, Chamoson - Bois-Tollot, 2 sur l'axe Verbois - Génissiat, Verbois - Chancy-Pougny, La Bâtiaz - Vallorcine, Riddes - Cornier et St-Triphon - Cornier. (2002 ; 31-12-01)
Royaume-Uni L'île de Grande-Bretagne est reliée au continent par une interconnexion sous-marine de 2000 MW, plus exactement entre Sellindge en Angleterre et Les Mandarins en France. (2002 ; 11-12-00)
Le Chafard - Grande-Île : Ligne RTE a reçu l'approbation des autorités pour la construction d'une ligne de 400 kV entre Le Chafard et Grande-Île, dans la vallée du Rhône. Il s'agit de diminuer l'engorgement du transport électrique dans cette région.  (2002 ; 11-01-02)

 

Distribution

Sources : USA. Department of Energy. Energy Information Administration / Office of Fossil Energy, 2002 ; Hydro-Québec. Revue de presse internationale ; Gestionnaire du Réseau de Transport d'Électricité (RTE). Site, 2002 ; EDF. Site, 2002 ; 
Réseau Le réseau de distribution français (hormis les DOM) compte 619 730 Km de lignes de moyenne tension et 674 730 Km de lignes de basse tension. (2002 ; 01)
Nombre de clients EDF alimente 31 M de clients en France, c'est-à-dire la quasi totalité des consommateurs du pays. (2002 ; 13-06-02)
Service En 2001, les pertes sur le système français se sont élevées à 31 TWh, soit environ 6,8 % de la consommation intérieure. (2002 ; 01)

 

Entreprises étrangères

Sources : Hydro-Québec. Revue de presse internationale ; Rapports annuels d'entreprises ; USA. Department of Energy. Energy Information Administration / Office of Fossil Energy 2002 ; 
Entreprises des pays membres de la Francophonie
Electrabel Electrabel achètera à partir de mai 2003 toute la production de la Société hydroélectrique du Midi (SHEM). L'entente prévoit aussi qu'Electrabel assurera la planification des opérations de la SHEM selon les dispositions du marché. L'entente est d'une durée de 5 ans et est renouvelable. (07-11-02)* 
Liste Electrabel ;
Autres entreprises
Endesa Endesa a acquis 30 % des parts de la SNET, une filiale de Charbonnages de France, afin de percer le secteur français de la production d'électricité. (2002 ; 11-01-02)
EnBW et RWE EnBW (dont 34,5 % des actions appartiennent à EDF) et RWE ont réussi à attirer quelques clients industriels dans le cadre de l'ouverture du marché français à la concurrence. (2002 ; 11-01-02)
Liste Endesa (Espagne); EnBW (Allemagne) ; Iberdrola (Espagne) ; RWE (Allemagne) ;

Note : 
La mention « A » suivant la date inscrite à « Dernière modification » atteste que le contenu de la fiche a été remis à jour et normalisé.     
Les chiffres entre parenthèses indiquent la date de publication suivie de la date de disponibilité des données quand elle est connue.
La lettre E signifie une estimation.
L’étoile suivant la date des données signale que ces données proviennent de la Revue de presse internationale d’Hydro-Québec.

  Pour une image plus complète de la situation en France, consultez l'index France.