d-union euro.gif (1069 octets)

Union européenne

Dernière modification : 16-10-03

 

Données générales - Énergie
Production
Transport
Entreprises
Données générales - pays

 

Données générales - Énergie
Contexte réglementaire Les ministres de l'Énergie des pays membres de l'UE ont adopté une directive obligeant les États membres à ouvrir le tiers du marché du gaz naturel à la compétition. (06-98)

Depuis l'ouverture des marchés électriques en février dernier, la surcapacité a entraîné la chute des prix dans plusieurs pays, surtout pour les clients industriels. Par exemple, en Scandinavie, le prix moyen du KWh a perdu 17%. Mais c'est en Autriche, jadis le pays le plus cher pour l'électricité, que la baisse est la plus importante : plus de 30% depuis le début de l'année. (06-99)

La Commissaire à l'Énergie de l'Union européenne, Loyola de Palacio, n'est pas satisfaire du degré d'ouverture des marchés nationaux de l'électricité. Elle reproche particulièrement aux pays membres leur lenteur à mettre sur pied une politique tarifaire commune pour les importations et les exportations et réclame des investissements plus importants pour la construction d'interconnexions. (06-00)

Beaucoup de pays de l'Union économique européenne ont dépassé l'objectif d'ouvrir leur marché de l'électricité à au moins 35 % ; la Grande Bretagne, l'Allemagne, la Finlande et la Suisse ont déjà théoriquement ouvert leur marché à 100 %, alors que certains pays, notamment la France, l'Italie, la Belgique et les Pays Bas en sont encore au minimum requis. En France, en Belgique, en Irlande et en Grèce, les monopoles d'État détiennent encore 90 % du marché. (22-10-02)*

La Direction Générale de l'Énergie et des Transports à la Commission européenne a confirmé la signature d'un Mémorandum d'Entente sur l'énergie. Cette nouvelle structure a pour but d'identifier les priorités des gouvernements, de renforcer leur coopération en matière d'approche régionale, de concevoir un modèle de développement conforme aux directives de l'Union européenne. La présidence, d'une période de 6 mois, sera assurée successivement par les Ministres de l'énergie des pays concernés. Un comité permanent de hauts fonctionnaires co-présidé par des représentants de la Commission européenne, les Ministères de l'énergie et un groupe réunissant les autorités de régulation associeront leurs travaux pour réaliser les objectifs fixés lors des réunions ministérielles à savoir : l'interconnexion des réseaux de transport de l'électricité en juin 2003, la création d'un organisme régional de régulation en 2004 et l'ouverture complète du marché énergétique en 2005, tout cela sur une base de réciprocité tarifaire et de respect des normes environnementales. (29-11-02)*

Les ministres de l'énergie de l'Union européenne se sont entendus en novembre 2002 pour ouvrir le marché de l'électricité au consommateurs industriels à partir du 1er juillet 2004 et de libéraliser le marché complètement à partir de juillet 2007. (29-01-03)*

Au mois de mai 2003, l'Union européenne, de concert avec les exploitants de centrales nucléaires, a levé les derniers obstacles pour proposer une loi libéralisant les marchés de l'énergie en Europe. La concurrence entre les exploitants de centrales nucléaires sera placée sous haute surveillance. Cette nouvelle législation veillera à ce que les subventions accordées à ces derniers ne soient pas utilisées à démanteler des réacteurs arrivant au terme de leur durée de vie. N'importe quelle société, quelle que soit son importance, aura le droit de choisir son fournisseur d'électricité dès 2004. Cette libéralisation s'étendra aux consommateurs dès 2007. Tout ceci dans le but de briser les monopoles dans certains pays de l'Union. (24-06-03)*

L'Union européenne abolira la taxe de 0,5 € par MW sur l'électricité vendue outre frontière entre les pays de l'Union en 2004. (09-07-03)*

À partir de janvier 2005, chaque société aura besoin d'un permis spécial pour émettre du dioxyde de carbone. En fait, tous les États de l'Union devront présenter un Plan National d'Allocation (NAP) dès mars 2004. C'est un des efforts que fait l'Union européenne pour faire face à ses engagements pris sous le Protocole de Tokyo, pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. (18-07-03)*

Contexte réglementaire : France

 

La Commission Européenne a lancé un ultimatum au gouvernement français, lui donnant jusqu'à la fin du mois de février pour ouvrir son marché électrique à la compétition. La France est le seul pays de l'UE qui ne s'est pas encore conformé aux directives de l'Union. Le gouvernement français a expliqué que des dissensions au sein de la coalition au pouvoir sont responsables de ce retard. (12-99)

La Commission européenne a entamé des poursuites contre le gouvernement français au sujet de sa loi, adoptée en février, et visant à ouvrir le marché de l'électricité en France. La Commission juge plusieurs des dispositions de la loi française non-conforme aux principes énoncés par l'Union. (02-10-00)

La Commission européenne a décidé de suspendre les poursuites intentées à l'encontre du gouvernement français pour son retard à adopter une loi sur l'ouverture du marché de l'électricité au pays. La Commission a évoqué «la bonne conduite» du gouvernement français pour justifier sa décision. (10-10-00)

Selon la directive de UE, le premier janvier 2004 la France devra ouvrir son marché à 70 %, laissant ainsi à plus de 3 000 consommateurs la possibilité de choisir leur fournisseur. (15-01-03)*

La Commission européenne a donné son aval à l'achat à 100 % d'EDF de sa filiale EDF Trading. (28-08-03)*

Entente de coopération : Caucase Dans le cadre du programme TACIS, l'UE participe à un projet visant la création d'un système énergétique commun pour la Géorgie, la Turquie et l'Azerbaijan. (12-98)
Entente de coopération : Chine La Chine et l'Union européenne ont signé une entente afin de renforcer leur coopération bilatérale dans le domaine de l'énergie. Parmi les priorités des deux signataires, on retrouve quatre projets pour lesquels des études de faisabilité ont déjà été effectuées. Il s'agit de projets :

1) de gazéification de biomasse en vue de produire de l'électricité en région rurale ;
2) d'efficacité énergétique dans la construction ;
3) d'exploitation des courants marins en vue de produire de l'électricité ;
4) concernant le coût de désulfuration du gaz pour les centrales au charbon.  (03-99)

Entente de coopération : Kazakhstan Dans le cadre du programme européen TACIS, L'Institut de Protection et de Sûreté Nucléaire (IPSN) de France et l'AEA-Technology de Grande-Bretagne vont apporter une aide technique au Kazakhstan pour démanteler un réacteur nucléaire à Aktau, sur les bords de la Caspienne. (03-99)
Entente de coopération : Lituanie L'Union européenne va fournir de 10 à 20 M $ US à la Lituanie pour l'aider à fermer la centrale nucléaire de Ignalina. (11-99)
Entente de coopération : Maroc Un accord de coopération dans le domaine énergétique a été conclu entre le Maroc et l’Union européenne. L’assistance technique couvrira l’efficacité énergétique, l’énergie renouvelable et la modernisation des réseaux existants. On envisage également l’interconnexion du réseau marocain avec ceux de l’Union et la mise en place progressive d’une zone de libre-échange au cours des 12 prochaines années. (96)
Entente de coopération : Projet ITER L'Union européenne, la Russie, le Canada, le Japon, et les États-Unis participent à un projet de construction d'un réacteur expérimental de fusion nucléaire ayant pour objectif la production d'une énergie nucléaire plus propre et illimitée. La Chine souhaite également se joindre au projet. (30-01-03)*
Entente de coopération : Ukraine Afin d'aider l'Ukraine à tenir son engagement de fermer la centrale de Tchernobyl d'ici la fin de 2000, l'Union Européenne a octroyé un financement pour compléter les réacteurs Khmelnitski 2 et Rovno 4 et faire en sorte qu'ils puissent satisfaire aux normes internationales en matière de sécurité nucléaire. (10-00)
Environnement Lors du sommet de Kyoto (décembre 1997), les pays membres de l'Union européenne se sont engagé à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre de 8% d'ici 2012. (05-98)

Les ministres de l'Énergie des États membres de l'UE ont adoptés un plan visant à faire passer la proportion de l'énergie issue de sources renouvelables de 6 % à 12 % d'ici 2010. (06-98)

 

Production

Portugal : Pico 

L'Union européenne, via le programme Joule, Electricidade dos Açores, EDP, la Queen's University de Belfast et l'University College de Cork (Irlande) financent la construction d'une centrale alimentée par l'énergie des vagues. Cette centrale est située sur l'île de Pico (15 000 habitants), dans l'archipel des Açores. Elle pourra produire 7 à 8 % de l'électricité consommée sur l'île. (04-99)

Énergie nucléaire : Projet ITER
L'Union européenne participe au projet ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor).
La fusion nucléaire contrôlée est la quête ultime des physiciens pour doter l'humanité d'une source d'énergie nucléaire copiant le processus naturel intervenant au coeur du Soleil, une solution de rechange à la fission nucléaire.
Le lieu de construction du réacteur n'est pas encore déterminé. Une décision sur ce point devrait intervenir dans le courant 2003, entre les sites proposés par l'UE, le Japon et le Canada.
Le début de la construction du réacteur est prévu pour 2006 et son fonctionnement pour 2014. Le budget du projet est estimé à 5 G$US par les États-Unis. (30-01-03)*
Énergie éolienne

La puissance installée éolienne en Europe est maintenant de 4100 MW, c’est-à-dire 2 fois et demie la puissance installée éolienne américaine. L’Allemagne à elle seule dépasse les États-Unis à ce sujet. L’énergie éolienne représente l’une des façons de réduire la pollution sans sacrifier l’emploi et la croissance économique. L’industrie éolienne en Europe emploie 20 000 personnes et sa croissance est favorisée pour plusieurs raisons. D’abord, l’Europe veut diversifier ses sources d’énergie sans augmenter la pollution et la solution nucléaire ne reçoit pas les appuis politiques nécessaires. Ensuite l’énergie éolienne devient de plus en plus viable au point de vue économique. Elle est produite à un moindre coût que l’énergie solaire, l’énergie produite par la biomasse ou d’autres énergies renouvelables. Des études de l’International Energy Agency démontrent aussi que les centrales éoliennes deviennent de plus en plus compétitives par rapport aux centrales au fuel ou au charbon. (02-98)

On a ajouté 5 871 MW au parc éolien européen en 2002, une augmentation de 31 % par rapport à l'année précédente. De ce totale, 89 % était le fait de l'Allemagne, l'Espagne et du Danemark qui comptent ensemble pour environ 85 % de la puissance installée du parc éolien des 15 membres de l'UE. En décembre 2002, la puissance installée éolienne de l'UE était de 23 056 MW. (07-02-03)*

 

Transport

Sources : USA. Department of Energy. Energy Information Administration / Office of Fossil Energy, 2003 ; Hydro-Québec. Revue de presse internationale ; 

Investissements

L'UE couvrira 10 % des coûts reliés à l'interconnexion entre la Lituanie et l'Ukraine qui sont évalués à 434 M€. L'UE a déjà contribué à la hauteur de 3,2 M€ à la préparation de ce projet. (09-09-03)*

 

Entreprises énergétiques

Entreprise nationale Voir les index des pays membres de l'Union européenne. (01) 

 

Exportations

Vente d'électricité Voici le palmarès de vente des dix plus importants électriciens d'Europe, pour l'année 1999 (02-02-00) :
Entreprise Ventes (TWh)
EDF (France) 460 TWh
Enel (Italy) 226 TWh
Veba/Viag (Allemagne) 179 TWh
RWE (Allemagne) 138 TWh
Tractebel (France/Belgique) 106 TWh
Vattenfall (Suède) 84 TWh
Endesa (Espagne) 74 TWh
National Power (Royaume-Uni) 61 TWh
Powergen (Royaume-Uni) 56 TWh
EnBw (Allemagne) 51 TWh

 

Données générales - Pays

Corruption L'organisation Transparency International étudie le degré de corruption de 85 pays.  Voici comment se classent les membres de l'Union européenne (98) :

Danemark : 1er rang Autriche : 17e rang
Finlande : 2e rang France : 21e rang
Suède : 3e rang Portugal : 22e rang
Pays-Bas : 8e rang Espagne : 23e rang
Luxembourg et Royaume-Uni :  11e rang Belgique : 28 e rang
Irlande : 14e rang Grèce : 36e rang
Allemagne : 15e rang Italie : 39e rang
Gouvernement Site web : http://europa.eu.int/   (00)
Carte Carte géopolitique et fluviale de l'Union européenne
Monnaie Le premier janvier 1999, l’Euro est devenu la monnaie officielle de onze pays européens. Ces pays sont : l’Allemagne, la France, la Belgique, le Luxembourg, l’Autriche, les Pays-Bas, la Finlande, l’Irlande, l’Italie, l’Espagne et le Portugal. (07-99)
Superficie L’élargissement de l’Union européenne se fera à l’est : les prochains membres à être admis au sein de l’UE sont la Pologne, la République tchèque, la Hongrie, l’Estonie et la Slovénie. (12-97)